Notre aventure lactée, avec papa

Papa, ce texte est pour toi.

Je me souviens de ces premières discussions avec maman, moi j’étais blotti dans son ventre, mais j’entendais tout, surtout ta voix, que j’adore toujours écouter maintenant. Elle arrive à me faire rire aux éclats dès le réveil.

La première fois que Maman t’a parlé d’allaitement, tu n’étais pas contre mais tu n’étais pas non plus très emballé. Tu ne savais pas trop comment te positionner, comment allais tu trouver ta place ? Rien qu’à l’intonation de ta voix, je sentais qu’il y avait quelque chose qui te dérangeait.

Je voulais te dire de ne pas t’inquiéter, que je t’aimerais et que Maman serait toujours à toi aussi, tu me sentais mais tu ne m’entendais pas. 

Plus le temps passait, plus Maman appréhendait, je le sentais, elle ne savait pas comment allait ça allait se passer, elle lisait des tonnes d’informations sur le sujet, elle écoutait des podcasts, regardait des vidéos, oh comme j’en ai entendu, heureusement que je dormais un peu entre temps. Elle avait vu une Maman allaiter en public, et elle s’est dit que c’était normal, mais elle a vu ton regard, elle qui défendait les droits des femmes mais elle ne se sentait elle même pas capable de le faire (et toujours pas d’ailleurs mais elle est toujours là quand j’ai besoin, à sa manière et en toute intimité, à son image comme tu la connais).

Quand je suis né, je n’ai pas pu prendre le sein, j’étais trop fatigué. Maman était désespérée, et toi tu la rassurais alors que tu avais passé les 10 minutes les plus intenses de ta vie toi aussi. 

Une fois rentrée en chambre, j’ai enfin pu gouter à ce petit lait sucré et qu’est ce que j’ai aimé.

A la maison, tu as vu et a trouvé cela tellement naturel, j’étais rassuré et Maman aussi. Tu aidais déjà Maman comme tu pouvais, tu lui amenais de l’eau, sa crème, lui remettais son coussin sous l’épaule ou dans le dos, sécher ses larmes et prendre soin de moi, un vrai papa poule.

Vous vous étiez dit « On essaie 1 mois et on verra. »

Maman était loin d’être prête à tout cela et pourtant tout se passe tellement bien. Je prends du poids, je suis heureux, pourquoi changer nos habitudes ? Si je ne m’endors pas, quand j’ai fini, je te cherche du regard, je cherche ton attention et je vais souvent dans tes bras. C’est notre routine et je n’échangerais ça pour rien au monde.

En quoi est ce malsain que je me nourrisse grâce à ma mère ? Je ne comprends pas et je ne comprendrais certainement jamais ceux qui le pensent.

J’entends les autres autour de vous, et je sais qu’ils déstabilisent Maman et parfois toi aussi, parce que NON, vous ne donnez pas le biberon et vous ne savez pas si vous me le donnerez un jour, peut être que je le prendrais tout seul, avec du lait ou de l’eau je ne sais pas mais peut être pas.
NON je ne serais pas pendue au sein de ma mère toute ma vie, NON je ne serais pas dépendant d’elle, OUI j’irais vers les autres, OUI je dormirais dans mon lit un jour, mais quand je serais prêt.

 

Tant que je suis heureux et que mes parents le sont aussi, n’est ce pas le principal ?

 

Laissez nous tranquille dans notre petite bulle d’amour.

 

Merci Papa, merci d’être la pour épauler Maman quand elle doute d’elle, quand elle est trop fatiguée ou qu’elle ne sait plus quoi penser, sans toi on en serait pas là, parce que c’est une belle aventure a trois. 

Je t’aime 

0

Laisser un commentaire

Résoudre : *
32 ⁄ 16 =